Journaux français : opération séduction

Les jeunes français
âgés de 18 à 24 ans peuvent désormais s’inscrire à un abonnement
gratuit pour le journal de leur choix. Cette gracieuseté de l’État vise
le but avoué de courtiser le lectorat et d’attirer les jeunes vers la
presse quotidienne.

Cet engagement du ministère de la Culture et de la Communication avait été annoncé au terme des États généraux de la presse. Il s’incarne, moins d’un an après que le président de la République n’ait annoncé son désir de contribuer à la relève de la presse accompagné d’un budget de 15 millions d’euros sur trois ans.

Pour être admissibles à la campagne «Mon journal offert», les jeunes doivent s’inscrire en ligne. Ils recevront ainsi un quotidien, gratuitement, une fois par semaine. Vous avez bien lu, un quotidien hebdomadairement. Cette étrange stratégie a été justifiée par une volonté de «laisser le temps de s’installer à l’habitude de lecture», pour reprendre les mots du ministre responsable Frédéric Mitterrand.

Pour mener à bien cette entreprise, la France a convenu d’un partenariat volontaire auprès de soixante titres de la presse nationale, régionale et départementale. En date du 27 octobre, 30 000 inscriptions avaient déjà été enregistrées.

Le ministre Mitterrand qualifie ce projet de «défi démocratique, citoyen et éducatif» découlant d’une situation qu’il estime préoccupante. Selon son ministère, les statistiques françaises de 2008 montrent que la lecture recule auprès de l’ensemble de la population. En 1997, 73 pour cent des citoyens déclaraient lire un quotidien payant, en 2008, ce nombre avait reculé à 69 pour cent. Chez les 15-24 ans, la proportion a fondu de moitié durant la même période, passant de 20 à 10 pour cent.

L’opération «Mon journal offert» se fixe quatre objectifs, au vocable ambitieux qui empiète sur le contenu éditorial : conquérir le jeune lectorat par une découverte progressive non contraignante, parvenir à le fidéliser, faire en sorte que le contenu soit adapté aux attentes des jeunes et développer l’interactivité multimédia.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *